Portfolio des Formations et des Compétences

LA CONVENTION INDIVIDUELLE DE FORMATION

La CIF est prévue par l’arrêté du 25 mai 2016. Elle permet de définir un plan individuel de formation qui précise les compétences que le doctorant doit acquérir dans le cadre de sa thèse mais également pour l’après thèse. Elle doit être obligatoirement remplie par tout nouveau doctorant avec son dirrecteur de thèse. Elle peut évoluer au cours du doctorat et doit être revue à chaque nouvelle réinscription.

LE PORTFOLIO

C’est un outil qui permet d’enregistrer les compétences du doctorant acquises au cours de sa formation doctorale et par la pratique. Il est à compléter sur la plateforme ADUM. Il doit être présenté lors de chaque Comité individuel de suivi de thèse.

LA FORMATION DOCTORALE

 

La formation doctorale est une formation à la recherche et par la recherche qui permet au doctorant d’acquérir des connaissances et compétences spécifiques de haut niveau en lien avec sa discipline.

Parallèlement à cette expérience professionnelle très riche, les doctorants doivent également acquérir des savoirs plus transversaux, afin de disposer de savoir-faire complets, valorisables auprès des employeurs des secteurs privé et public.

Dans cette optique, le collège doctoral UBFC propose de nombreux modules de formation qui portent sur les compétences générales et transversales : formations aux outils documentaires, en langues, à l’éthique, à la culture scientifique internationale.
Afin de favoriser l’insertion des jeunes docteurs, des formations plus spécifiques sont également proposées concernant l’aide à la définition d’un projet professionnel, la stratégie de recherche d’emploi etc …

L’ED DGEP propose également des modules plus spécifiques d’approfondissement sur des savoirs disciplinaires et interdisciplinaires.

 

LES MODALITES ET LES OBLIGATIONS

Formation doctorale des doctorants : 
Pour les formations des catalogues de formations transversales et spécifiques aux ED, à la réception des listes d’émargement, le gestionnaire formation envoie un mail aux doctorants présents leur demandant de remplir le questionnaire d’évaluation de la formation via ADUM. Une fois le questionnaire renseigné, les heures sont validées automatiquement par ADUM. Le doctorant peut consulter le suivi de la validation de ses formations depuis son espace ADUM.
Pour les formations « hors catalogue » (formations hors UBFC : séminaires, colloques, école d’été etc …), les doctorants doivent effectuer une demande de validation auprès du bureau de l’ED DGEP apportant les attestations nécessaires. Une fois la demande validée, le gestionnaire formation de l’ED valide les heures sur ADUM.

La totalité des heures de formation exigées (100 h ) devra être validée pour pouvoir être autorisé à soutenir.

Des aménagements ont été prévus afin de permettre aux doctorants de satisfaire à leur obligation de formation doctorale  :

– dispenses partielles de formation : en cas d’activité professionnelle, pour raison de santé ou autre motif jugé recevable par les directeurs de l’ED ;

– équivalences : CIFRE, contrat PRAG (équivalence de 100 %), publication d’un article (uniquement pour les disciplines en droit, équivalence de 20h) et séjour de recherche à l’étranger (équivalence de 30h), participation à un colloque ou à un séminaire externe à UBFC (équivalence de 10h par colloque ou séminaire externe), à une école d’été (équivalence de 30h), membre du Conseil de l’ED (équivalence de 20h), représentant des doctorants au bureau de l’ED et/ou au bureau du collège doctoral (équivalence de 50h), participation à la journée scientifique de l’ED DGEP (équivalence de 10h pour les étudiants qui présentent un article et 4h pour les autres ), etc… ;

– cotutelles impliquant un séjour à l’étranger.

Ces dispenses et équivalences ne seront accordées que sur demande du doctorant auprès de l’ED et sur présentation d’un justificatif. Elles feront l’objet d’une étude par le bureau de l’ED.

Pour les primo-arrivants à partir de la rentrée 2018 : Les doctorants inscrits en première année devront suivre au moins trois modules liés à « l’Ethique de la Recherche » durant leur doctorat.